Les instances de coordination et de décision au PERISCOP

Les instances de décision

Le PERISCOP est une société coopérative et participative (SCOP), c’est-à-dire que les salariés en sont les associés majoritaires. Au Périscop, ils détiennent 100 % du capital et 100 % des droits de vote.

Le PERISCOP étant une coopérative d’entrepreneurs (CAE), les salariés deviennent associés au bout de trois ans maximum. Chaque associé dispose d’une voix, quel que soit son statut, son ancienneté ou son chiffre d’affaires. Il peut aussi y avoir des associés extérieurs.

L’instance de décision est une assemblée générale qui rassemble tous les associés (et pas forcément tous les salariés !). Elle est au minimum annuelle, mais peut être convoquée de manière extraordinaire si besoin. L’AG prend des décisions stratégiques et vote notamment la répartition des bénéfices réalisés.

En effet, en vertu de son statut d’entreprise de l’économie sociale et solidaire, les excédents ne sont pas distribués à des actionnaires sous forme de dividendes, mais ils sont répartis entre les salariés, les réserves de la Scop, de la participation et de l’intéressement.

L’assemblée générale vote aussi le taux de contribution et décide de quels services sont mutualisés.

Les instances de coordination au PERISCOP

La coopérative n’est cependant pas autogérée. Au PERISCOP, le capitaine Renaud Le Gal tient la barre du navire et maintient le cap défini par les associés. Élu tous les 4 ans par l’assemblée générale, le gérant veille au bon fonctionnement de la structure. Il accompagne également les porteurs de projets et les entrepreneurs qui souhaitent intégrer la coopérative. Enfin, il travaille à développer la coopérative à la fois en valorisant les talents du PERISCOP auprès des entreprises et collectivités extérieures, mais aussi en allant chercher de nouveaux entrepreneurs pour rejoindre la coopérative.

Le credo de la coopérative repose sur une gestion transversale. Comme aime à le dire Renaud : « Je ne suis pas le patron du PERISCOP ! ». S’il pilote l’activité, il ne travaille pas seul. Céline Berneron est la cheffe des machines, autrement dit la responsable administrative et financière. Elle s’occupe du fonctionnement interne, notamment du suivi comptable et du versement des salaires. Elle a aussi pris en charge le volet formation. C’est le binôme indispensable à la tête de la coopérative.

Le PERISCOP est allé un peu plus loin dans la coordination de l’activité en mettant en place « Le Sémaphore » (Conseil de surveillance) composé de 5 à 6 membres associés. Des commissions de travail se penchent également plus particulièrement sur des thématiques comme le budget, la communication et la stratégie globale.

Bref, au PERISCOP, tous les entrepreneurs sont dans le même bateau, mais chacun garde son autonomie !

Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !